Anatole France, de l’Académie française, le maître à penser trop oublié

par David Gaillardon
Avec David Gaillardon
journaliste

Véritable maître à penser de la "jeune génération 1900", idolâtré par Proust qui en a fait le modèle de Bergotte dans La Recherche, Anatole France (1844-1924) est brusquement tombé dans l’oubli au lendemain de sa mort, survenue en 1924. David Gaillardon nous brosse ici le portrait de cet inconditionnel de Jean Racine, styliste hors-pair et critique littéraire redouté au journal Le Temps.

Émission proposée par : David Gaillardon
Référence : hab508
Télécharger l’émission (20.94 Mo)
00:00 00:00

_

Anatole France (1844-1924)

Méprisé par Drieu La Rochelle et par André Gide, détesté par les Surréalistes, l'auteur de Les Dieux ont soif et de Le Lys rouge, prix Nobel de Littérature 1921, fut élu à l'Académie française en 1896, au fauteuil 38 précédemment occupé par Ferdinand de Lesseps.
Chantre d'un français imagé et d'une langue pure, celle des classiques français, Jacques, Antoine, Anatole Thibault, dit France, mérite vraiment d'être redécouvert.
Ajoutons qu'il commença sa carrière par publier une biographie de la reine de France Radegonde (en 1859), qu'il fut secrétaire de rédaction au "Chasseur bibliographe" avant de devenir, entre 1876 et 1890, commis surveillant à la bibliothèque du Sénat.

A l'aide des discours prononcés sous la Coupole pour la réception d'Anatole France, David Gaillardon dresse ici le portrait d'un grand écrivain trop méconnu de la jeune génération. Impossible de mentionner tous les ouvrages qu'il a écrits, une bonne centaine ! Dont la Légende de sainte Thaïs (1867) qui inspirera la musique de Massenet Thaïs, la courtisane égyptienne devenue sainte.

En fin d'émission, il présente aussi des extraits de ce fameux discours de réception à l'Académie du successeur d'Anatole France, Paul Valéry (élu en 1925 à l'Académie française). Ce dernier en effet, ennemi juré de France en raison du regard différent que tous deux portaient sur l'oeuvre du poète Stéphane Mallarmé, prononça l'éloge de son prédécesseur sans jamais le nommer une seule fois. Brillant et savoureux, son discours est d'une cruauté implacable et un anti-modèle absolu !

En savoir plus :

- Anatole France, immortel de l'Académie française
- Anatole France reçut le prix Nobel de littérature en 1921. Consultez notre page consacrée aux Académiciens prix Nobel

Ouvrages d'Anatole France :

Cela peut vous intéresser