Droit et mondialisation, entretien avec Mireille Delmas-Marty : nourrir l’idée de bien commun

Les réflexions de Mireille Delmas-Marty dans son ouvrage Vers une communauté de valeurs ?
Avec Marianne Durand-Lacaze
journaliste

Pour la juriste Mireille Delmas-Marty, professeur honoraire au Collège de France, il convient d’élaborer un système de valeurs communes à l’ensemble des Etats de la planète. Mais comment concilier diversité des cultures et opposition des intérêts dans le cadre de la mondialisation ? Qu’avons-nous en commun à défendre ? Que nous reste-t-il en dehors des affrontements, de la violence et de l’intolérance ? Sur quel bien commun sommes-nous capables de nous entendre à l’échelle mondiale ? Les esquisses des forces du droit de demain.

Émission proposée par : Marianne Durand-Lacaze
Référence : ecl685
Télécharger l’émission (28.45 Mo)
00:00 00:00

Mireille Delmas-Marty publie le quatrième tome Des forces imaginantes du droit, au Seuil en février 2010, un volume intitulé : Vers une communauté de valeurs ? Juriste de droit pénal international, membre de l’Académie des sciences morales et politiques et professeur au Collège de France (2003-2011), Mireille Delmas-Marty s’interroge sur la façon d’aborder la réalisation à venir d’une communauté de droit à l’échelle internationale. Elle émet l'hypothèse de l'émergence d'une communauté de valeurs sur une base non pas internationale mais mondiale, non pas étatique mais humaine. Si les valeurs de l'individu ont si bien coïncidé avec le cadre de l'État-nation, pendant des décennies, les valeurs de l'humain, les valeurs communes aux humains correspondront peut-être mieux au cadre d'une communauté humaine mondiale, selon ses propres mots.

Pour elle, les réponses actuelles des droits internes et du droit international pourraient s'harmoniser, s'autodéterminer réciproquement pour définir ensemble, l'idée de bien public mais à l'échelle mondiale. La santé, le climat, sont des exemples de ce que pourraient être ces biens publics mondiaux. Des biens par ailleurs fondamentaux pour une communauté humaine mondiale pour qui le cadre de l'État-nation est devenu trop étroit ou inadéquat pour répondre aux enjeux de la mondialisation. La recherche de valeurs nouvelles universelles pourrait être aujourd'hui à l'ordre du jour pour constituer le socle d'une nouvelle forme de communauté à venir.

Mireille Delmas-Marty, de l’Académie des sciences morales et politiques

Mireille Delmas-Marty pense que le droit actuel est dans une phase de transition, entre une ère de l’impunité et une ère de la responsabilité. Comment évolue ce droit ? Quels chemins empruntent "les forces imaginantes du droit", une expression qu'elle préfère à l'idée d'un droit unique, monolithique ?
C’est sur cet entre-deux, sur cette métamorphose du droit international qu’elle appelle de ses vœux, qu’elle s’interroge dans ce livre. Pour elle, il ne s’agit pas d’éradiquer les différences entre les droits internes, mais de relativiser « le relativisme » du droit pour construire une communauté de droit où le droit puisse contribuer à nourrir l’idée de bien commun.

Cela peut vous intéresser