Théodose le Grand au cœur des tourmentes religieuses du IVe siècle

Pierre Maraval réhabilite un empereur entre païens, barbares et chrétiens
Avec Christophe Dickès
journaliste

Spécialiste d’histoire religieuse, Pierre Maraval publie une biographie de l’empereur d’Orient Théodose (379-395). Il présente le personnage dont il réévalue le rôle en cette époque de transition, marquée à la fois par la division de l’Empire, le développement du christianisme et les invasions des Goths.

Émission proposée par : Christophe Dickès
Référence : hist592
Télécharger l’émission (40.35 Mo)
00:00 00:00

Longtemps critiqué par l'historiographie à cause de ses défaites militaires, l'empereur d'Orient Théodose le Grand est ici réhabilité par le travail du professeur émérite Pierre Maraval dans une biographie qui s'appuie sur l'appareil critique le plus récent. Théodose reste un personnage fascinant dans la mesure où il fut confronté à une opposition extérieure -celle des fameux Goths- et à des luttes intérieures -essentiellement religieuses. Aussi, est-il associé assez facilement à la fin d'une époque, celle de la grandeur d'un empire, qui depuis Dioclétien, est divisé. Mais ce serait oublier que l'empire d'Orient, à la différence de son voisin occidental, dont il se sépare administrativement et peu à peu politiquement, va durer un millénaire.

Monnaie à l’effigie de Théodose

Théodose fait ainsi figure de restaurateur, même si son règne ne fut pas flamboyant. Il inscrit surtout dans l'empire une marque religieuse déterminante en prenant le parti du Concile de Nicée dont le Credo reste la référence des catholiques jusqu'à nos jours

Présentation de l'éditeur.

Les seize années du règne de Théodose Ier (379-395) ne furent pas de tout repos. Ce fils d'un général disgracié originaire d'Espagne accéda au pouvoir dans des circonstances tragiques, après une bataille contre les Goths dans laquelle l'empereur et les deux tiers de son armée périrent. Contraint de faire face à des périls tant extérieurs qu'intérieurs - intégrer ces Barbares à l'empire, combattre en Occident deux usurpateurs, Maxime et Eugène -, il a su imposer son pouvoir à Constantinople et en Orient, et apaiser les tensions religieuses qui agitèrent son empire.

Son action a été très diversement jugée : si de multiples historiens lui accordent le titre de Grand, d'autres le taxent un peu vite de mollesse ou de fanatisme. Se fondant sur les documents les plus sûrs et les recherches les plus récentes, ce livre se propose de présenter le personnage et son bilan de façon mesurée. Il s'inscrit dans une perspective de réévaluation du règne, en matière législative, politique et religieuse : son action envers les païens et les Barbares, les lois qui tendent à établir le christianisme comme religion d'État et l'application de lois répressives, mais aussi son entourage et son combat contre Eugène. Autant de questions examinées dans cette synthèse qui parcourt la carrière de Théodose et des empereurs contemporains (Gratien, Valentinien II, Maxime, Eugène).

L'invité.

Pierre Maraval

Professeur émérite d'histoire des religions à l’université Paris IV-Sorbonne, Pierre Maraval a enseigné l’histoire de l’Antiquité tardive et de l’implantation du christianisme. Il est l’auteur de nombreux ouvrages, parmi lesquels Le Christianisme de Constantin à la conquête arabe (PUF, 1997), L'empereur Justinien (PUF, 1999). Il a aussi publié plusieurs éditions et traductions de textes du IVe siècle eu VIIe siècle. Il est enfin l'auteur de Théodose le Grand, le pouvoir et la foi, paru aux éditions Fayard.

Cela peut vous intéresser