Anne d’Autriche, la conversion d’une reine étrangère au sort de la France

Avec Claude Dulong-Sainteny, membre de l’Académie des sciences morales et politiques
Claude DULONG-SAINTENY
Avec Claude DULONG-SAINTENY
Membre de l'Académie des sciences morales et politiques

Claude Dulong-Sainteny, historienne et membre de l’Académie des sciences morales et politiques, a rédigé de nombreux ouvrages consacrés au siècle de Mazarin. Elle explique comment la naissance du futur Louis XIV marque un tournant dans la conscience politique d’Anne d’Autriche.

Émission proposée par : Christophe Dickès
Référence : hist005
Télécharger l’émission (35.09 Mo)
00:00 00:00

5 septembre 1638 : année de naissance du futur Louis XIV. Pour Anne d'Autriche, il s'agit d'un tournant. Alors qu'elle défendait jusqu'alors les intérêts espagnols, elle s'affirme peu à peu comme l'un des principaux défenseurs de la monarchie française.
 

Anne d’Autriche( 1601-1666) peinte par Rubens en 1625
Anne d’Autriche, (1601-1666) peinte par Rubens en 1625

Anne d'Autriche, c'est bien le personnage des Trois Mousquetaires, indissociable des deux cardinaux ministres : le premier Richelieu, qui la persécuta ; l'autre, Mazarin, qu'elle aima et dont elle fit la prodigieuse ascension. La reine de France est née, dona Ana, le 21 septembre 1601 : deux fois Habsbourg, par l'Espagne et l'Autriche. À dix ans, elle est mariée à Louis XIII, sur l'idée d'une autre femme de caractère, Marie de Médicis, qui voit en Anne une catholique intransigeante, une enfant à modeler et surtout, grâce à ce mariage, la fin de la querelle franco-espagnole. Ces pronostics seront démentis par la personnalité de la reine : écartée du pouvoir parle roi et Richelieu, elle se laissa entraîner dans les complots menés contre le cardinal. Mais elle résista à la Fronde. À la mort de son mari, elle se fit accorder la régence, qu'elle exerça dix-huit ans, aidée de Mazarin - qu'elle aima peut-être secrètement. Comme dans les romans de cape et d'épée, la vie de la reine illustra à la perfection le vers de son contemporain, Corneille : « Le trône met une âme au-dessus des tendresses. »

En savoir plus :

Claude Dulong-Sainteny, sur Canal Académies

Claude Dulong-Sainteny, Anne d'Autriche : Mère de Louis XIV, réédition Perrin 2008

Portrait d'Anne d'Autriche, reine de France, (1601-1666), Gallica

Ouvrages associés

Anne d'Autriche : Mère de Louis XIV, Claude Dulong

Cela peut vous intéresser