Science Fiction : Le voyage en enfer d’Omar Ben Alala de Gérard de Senneville

La chronique de Michel Pébereau visite le futur avec des contes visionnaires...
Michel PÉBEREAU
Avec Michel PÉBEREAU
Membre de l'Académie des sciences morales et politiques

C’est à l’avenir de notre pays que Gérard de Senneville consacre ses « nouveaux contes du futur ». Un avenir solidement enraciné dans notre présent. L’auteur a entrepris de ridiculiser quelques travers de notre temps. Que trouve-t-on, en effet, pêle-mêle ?

00:00 00:00

_

La détermination d’un maire qui veut avoir son éolienne dans une commune où il n’y a pas de vent, la construit et réussit à la faire tourner ; l’audace de la Comédie française qui ose en 2025 jouer Tartuffe en costume d’époque Louis XIV ; l’élimination des sournoises incitations à la tabagie qu’abritent, au Louvre, les oeuvres de la peinture flamande ; l’héroïsme de la poignée d’élus qui se sacrifient pour conserver, grâce à leurs délits, une brigade de gendarmes dans un village au fond de la Creuse. Sans oublier la valse des noms des rues parisiennes entre 2002 et 2046, au rythme des alternances municipales ; et pour finir, la révolte des écrivains contre la mise en cause, en 2030-2031, d’une politique littéraire commune européenne qui leur assurait un revenu fixe à la ligne ; et l’interdiction en 2036 du dopage dans la course présidentielle…

Qu’on se rassure ! Le premier conte, Le voyage en enfer d’Omar Ben Alala donne l’explication de tous ces maux. En 2120, Lucifer invite Omar en enfer, comme Dante, pour lui présenter la nouvelle génération de démons à laquelle il a livré notre pays : Pédagos, démon de l’enseignement ; Gravelos et Grégarita, en charge des médias ; Agricolos pour l’agriculture et Urbanos pour l’urbanisme ; Essémès, spécialiste des nouvelles technologies, … Ce sont eux qui sont à l’oeuvre.
Mais le récit d’Omar provoquera, n’en doutons pas, la prise de conscience et le sursaut salvateurs !

- Gérard de SENNEVILLE – Le voyage en enfer d’Omar Ben Alala et autres contes du futur – Ed. de Fallois (142 pages) 16 €.

Retrouvez la chronique Science-Fiction par Michel Pébereau, de l'Académie des sciences morales et politiques.

Cela peut vous intéresser