Que faire face à l’insécurité routière ?

Dialogue entre Marianne Bastid-Bruguière et Geneviève Jurgensen
Marianne BASTID-BRUGUIERE
Avec Marianne BASTID-BRUGUIERE
Membre de l'Académie des sciences morales et politiques

L’insécurité routière serait-elle une spécificité culturelle française ? La luttre contre ce fléau est loin d’avoir connu les succès remportés chez nos voisins européens. L’Académie des sciences morales et politiques dégage des axes de réflexion et d’action en publiant un rapport sur l’Insécurité routière.

00:00 00:00

_
Marianne Bastid-Bruguière est l'auteur, avec Catherine Deschamps, du rapport de l'Académie des sciences morales et politiques sur l'Insécurité routière. Geneviève Jurgensen est fondatrice de la Ligue contre la violence routière.

Marianne Bastid-Bruguière, membre de l’Académie des sciences morales et politiques

L'association s'attache à combattre un problème de fond: pour Geneviève Jurgensen, les pouvoirs publics devraient interdire les voitures trop puissantes. Pourquoi faire des voitures pouvant rouler à 230 km/h alors que les limites les plus hautes en France sont de 130 km/h? Notre pays serait-il un sanctuaire de chauffards?

Le rapport analyse les facteurs essentiels de risques et la manière dont ils pourraient être présentés afin d'éveiller les consciences. Il met également en lumière les lacunes des statistiques sur la violence routière: toutes les victimes d'accidents de la route ne sont pas prises en compte. En effet, les statistiques prennent en compte les décès jusqu'à une semaine après l'accident, mais pas au-delà de sept jours . En outre, les coûts réels des accidents sont sous-estimés, sans compter les dommages moraux des familles.

Geneviève Jurgensen, fondatrice et porte parole de la Ligue contre la violence routière

Geneviève Jurgensen met l'accent sur la sous-estimation des problèmes liés à la violence routière en France (notamment à propos de la justice), même si depuis quelque temps, la situation tend à s'inverser grâce à la prise de conscience de l'opinion et des pouvoirs publiques.

Marianne Bastid-Bruguière et Geneviève Jurgensen dénoncent toutes deux le manque de cohérence du code de la route qui, rappelons-le, est une loi, mais aussi la trop grande diversité des sanctions liées aux infractions routières qui desservent les intérêts dont elles sont les garantes.

En savoir plus sur:

- Marianne Bastid-Bruguière, membre de l'Académie des sciences morales et politiques

- Le rapport L'insécurité routière est un Cahier de l'Académie des Sciences morales et politiques.

- La ligue contre la violence rouière

Cela peut vous intéresser