Lucien Clergue, Yann Arthus-Bertrand au musée Marmottan Monet : regards croisés inattendus en terre impressionniste

Interview des deux photographes académiciens
Avec Marianne Durand-Lacaze
journaliste

Au programme de L’été contemporain à Marmottan  : l’exposition "Lucien Clergue, Yann Arthus-Bertrand, deux photographes académiciens". Deux regards différents, deux générations que la Camargue natale de l’un et le Paris vu du ciel de l’autre, réunissent le temps d’une exposition jusqu’au 20 septembre 2009 à Paris. Visite en leur compagnie, des espaces qui leur sont consacrés dans ce temple dédié à la peinture impressionniste de Monet et à bien des surprises.

Émission proposée par : Marianne Durand-Lacaze
Référence : carr590
Télécharger l’émission (37.69 Mo)
00:00 00:00

_

Lucien Clergue, dans la librairie du musée Marmottan Monet, 27 mai 2009
© Canal Académie

L'exposition est présentée du 28 mai au 20 septembre 2009 au musée Marmottan à Paris qui accueille les photographies des deux académiciens. Deux parcours sont ainsi proposés au public pour cette même exposition, dans des parties différentes de l'hôtel particulier de Paul Marmottan transformé en musée. Dans ces interviews, vous les entendrez parler des œuvres qu'ils présentent et du travail de l'un et de l'autre : regards croisés entre les deux premiers photographes membres de l'Académie des beaux-arts.

Yann Arthus-Bertrand, grande galerie du musée Marmottan Monet, 27 mai 2009
© Canal Académie


Une sélection d'une centaine de photographies de Lucien Clergue sont présentées à l'étage du musée. Le photographe qu'il n'est plus nécessaire de présenter, a appris la photographie avec pour maîtres les grands noms de la peinture. Il expose, ici, des photographies réalisées de 1955 à nos jours aux côtés des Nymphéas de Monet, en écho à l'eau et la lumière des étangs de Camargue, sa terre natale : magnifique parcours en noir et blanc poétique et métaphysique qui conduit le visiteur sur les cimes brisées des vignes inondées, aux lignes abandonnées des cadavres d'animaux, au langage des sables, à l'ombre du taureau, ou encore, sur la peau des nus photographiés par Clergue.

Sont ainsi présentés des tirages originaux sur des matériaux aujourd'hui disparus qui font le sel de ces grands formats noir et blanc. Lucien Clergue expose aussi à cette occasion, des tirages contemporains et des photographies récentes en noir et blanc qui déclinent le thème «La Vie, la Mort et les Quatre éléments», une thématique en accord avec l'œuvre du photographe des années cinquante à nos jours.

Aucune nostalgie n'habite Lucien Clergue dans cette exposition qui présente ses images de Camargue parce que c'est là, dans ces paysages, que sont nées ses premières images, à partir de 1953 et qu'il n'a depuis cessé d'interroger.

Lucien Clergue, Nu de la plage, 1971
© Lucien Clergue 2009


Anne Clergue, sa fille, a saisi, à la fois en témoin privilégié et en tant que commissaire d'exposition, l'unité de ces images dont elle a fait la sélection sur une œuvre photographique de presque soixante ans. Les noirs et blancs emblématiques de l'œuvre de Lucien Clergue sont offerts au regard du public. Des livres dédicacés, des affiches, des dessins, des films accompagnent ces photographies à l'étage du musée.

Lucien Clergue, L’ombre du Taureau, 1989
© Lucien Clergue 2009

Ses œuvres figurent dans plusieurs musées et institutions en France et à l'étranger. Les plus importantes collections sont au FOGG Museum Université d'harward, au Metropolitan Museum et au Museum of Modern art de New-York.

Lucien Clergue, Flamants morts, Faraman, 1956
© Lucien Clergue 2009


Yann Arthus Bertand présente PARIS, un reportage inédit réalisé en 2008 et 21 photographies qui constituent une ballade insolite dans un Paris connu de tous mais vu du ciel. Les clichés exposés ici en exclusivité donne une lecture colorée et graphique de Paris. Ce travail inédit est extrait de son prochain livre Paris vu du ciel qui paraîtra en septembre 2009.

jardin des Tuileries, France (48°52’ N-2°19’ E)
© Yann Arthus-Bertrand, www.yannarthusbertrand.org


Dans la grande galerie du musée sont présentées ces photographies de très grands formats, prises d'hélicoptère à haute altitude, au télé-objectif, si bien que les habitants sont saisis à leur insue dans le mouvement de leur déplacements et le cadre urbain de la capitale. La géométrie des espaces est mise en valeur.

Stabile de Calder à la Défense, Hauts de Seine, France, (48°53’ N-2°19’E)
© Yann Arthus-Bertrand, www.yannarthusbertrand.org


Enfin, des tirages de ce Paris surprenant se sont glissés dans les collections permanentes du musée en toute harmonie.

Parvis du Trocadéro, France (48°52’-2°17 E)
© Yann Arthus-Bertrand, www.yannarthusbertrand.org

Cela peut vous intéresser