Henry Moore et la mythologie

Exposition au Musée Bourdelle du 19 octobre 2007 au 29 février 2008
Avec Priscille Lafitte
journaliste

Henry Moore inspiré par les mythes antiques et l’art grec. Une exposition au Musée Bourdelle présente cet aspect méconnu du sculpteur britannique, né en 1898 et mort en 1986. Les drapés de ses femmes couchées, les têtes casquées, le guerrier au bouclier... révèlent bel et bien l’intérêt de Moore pour l’Antiquité. Visite de l’exposition en compagnie de Juliette Laffon, directrice du Musée Bourdelle.

Émission proposée par : Priscille Lafitte
Référence : carr337
Télécharger l’émission (47.37 Mo)
00:00 00:00

_

Henry Moore, Tête de Prométhée, 1950
CGM 22<br /> Lithographie en trois couleurs provenant du tirage de 183 exemplaires sur vélin du Marais. <br /> The Henry Moore Foundation, Much Hadham, don de Patrick Cramer, 1988

Henry Moore et la mythologie : l'exposition au Musée Bourdelle du 19 octobre 2007 au 29 février 2008 met en évidence une source d'inspiration peu connue du sculpteur britannique, membre associé étranger à l'Académie des beaux-arts. Celle de l'art antique -et de l'art grec particulièrement.
Henry Moore a illustré deux ouvrages rapportant deux récits de la mythologie grecque. The Rescue, poème radiophonique écrit par Edward Sackville-West, et inspiré de L'Odyssée d'Homère. La partition musicale est signée Benjamin Britten. Dans l'édition londonienne publiée par la maison Secker and Warburg en 1945, figurent plusieurs dessins de Henry Moore.
Second livre : Prométhée de Johann Wolfgang Goethe dans la traduction d'André Gide, inspiré du Prométhée enchaîné d'Eschyle. Dans cet ouvrage d'art publiée en 1950 par la maison d'édition parisienne Henri Jonquière, les lithographies sont signées Henry Moore.
Ces dessins et lithographies ont été réalisés pendant la Seconde Guerre mondiale, période durant laquelle Henry Moore n'a plus accès aux matériaux nécessaires pour la sculpture, et se met à dessiner. Dans le même temps, il plonge dans la lecture de L'Odyssée, qui le marquera profondément. Le sculpteur, jusqu'à lors inspiré par l'art "premier", africain et mexicain essentiellement, opère un revirement à l'égard de l'art "classique", dont il s'était délibérément tenu éloigné. Ainsi, Henry Moore se lance dans une sculpture sans membre ni tête, analogue aux sculptures antiques...

Henry Moore, Madonna and Child (Vierge à l’enfant), 1943
Bronze, hauteur : 14 cm, tirages 7 + 1<br /> Fonte : Galizia, Londres, 1955<br /> Signature : MOORE, non numéroté<br /> The Henry Moore Foundation, Much Hadham,<br /> don de l’artiste, 1977

Trois sculptures en bronze, notamment Draped Reclining Figure (Figure allongée drapée, 1952-1953), font suite au voyage de Henry Moore en Grèce en 1951. Le drapé de la femme couchée semble directement inspiré des drapés antiques, et font écho aux dessins d'Henry Moore pour The Rescue.

Henry Moore, Upright Internal\/External Form, 1952-53
LH 296<br /> Plâtre coloré en surface, hauteur ; 200,5cm <br /> Non signé<br /> The Henry Moore Foudation, Much Hadham, don de l’artiste, 1977

Enfin, un ensemble de bronzes, parmi lesquels Warrior with Shield (Guerrier au bouclier, 1953-1954), rappellent les frises du Parthénon. C'est la première figure masculine isolée dans l'art sculptural de Henry Moore.

Henry Moore, Openwork Head No.2 <link:Tête ajourée no 2>, 1950
LH 289<br /> Bronze, fonte unique.<br /> Wakefield Art Gallery

Les Helmet Heads (Têtes casquées), font des références directes à la Tête de Prométhée.
Upright Internal/External Form (Forme interne/externe debout, 1951) apparaît comme la réalisation sculpturale des lithographies prévues pour Prométhée.

En savoir plus

- Se rendre au musée Bourdelle
- Sur Henry Moore, associé étranger à l'Académie des beaux-arts, nous vous recommandons le site de la Henry Moore Foundation : http://www.henry-moore-fdn.co.uk/, ainsi qu'un site consacré à Henry Moore : http://www.henrymoore.com/

Henry Moore, King and Queen (Roi et Reine), 1952-53
Bronze, hauteur : 164 cm, tirages 5 + 2<br /> Fonte : Galizia, Londres ; Morris Singer, <br /> Basingstrok ; Fiorini, Londres (0015)<br /> Non signé<br /> The Henry Moore Foundation, Much Hadham,<br /> Acquisition, 1991

Extraits musicaux
- Georges Gershwin, Rhapsody in Blues et Impromptu 'in two keys', interprétés par Frank Braley, Harmonia Mundi, 2005.
- Keith Jarrett, Gary Peacock et Jack DeJohnette, "Intro" et "I Can't Believe That You're In Love With Me", The Out-of-Towners, ECM 2004.
- Claude Debussy, Préludes du Livre 1, interprétés par Jean-Yves Thibaudet, Decca 1996.

Cela peut vous intéresser