Claude Monet : impressions, réflexions et expressions. 2011, une "année Monet"

Avec Jean Cortot, membre de l’Académie des beaux-arts, et Pascal Bonafoux
Avec Marianne Durand-Lacaze
journaliste

L’impressionnisme a-t-il changé notre regard ? L’année 2010 qui vient de s’écouler est presque une année « Monet » tant les expositions consacrées en France cette année à l’œuvre du peintre, ont été nombreuses et exceptionnelles. Elles constituent en soi un événement culturel d’envergure qui mérite de nous interroger sur l’engouement du public pour son œuvre. Qu’est-ce qui fait la modernité de Claude Monet ?

Émission proposée par : Marianne Durand-Lacaze
Référence : carr756
Télécharger l’émission (36.33 Mo)
00:00 00:00

Deux raisons principales expliquent l'engouement du public pour la peinture de Claude Monet (1840-1926). Pascal Bonafoux nous rappelle qu'on a longtemps pensé que l'impressionnisme était un mouvement révolutionnaire. Or ce mouvement est l'héritier de la peinture française du XVIIIe, rappelant combien Monet appréciait l'Embarquement pour Cythère de Watteau pour la subtilité et la lumière. Manet le premier et Monet dans la foulée, ont fait entrer la vie quotidienne dans la peinture. La puissance de la lumière dans l'œuvre de Claude Monet explique le succès durable de sa peinture auprès d'un large public. Le charme du XIXe siècle ajoute une pointe de nostalgie séduisante pour le regard d'aujourd'hui qui ne manque probablement pas de faire effet.

Claude Monet, Paysage de Norvège. Les maisons bleues, 1895 – Huile sur toile, 61 x 84 cm – Musée Marmottan Monet, Paris – Inv. 5169
©musée<br /> Marmottan Monet, Paris \/ Bridgeman<br /> Giraudon

Deux dates ont marqué l'impressionnisme. L'exposition en 1863 du Déjeuner sur l’herbe d'Edouard Manet au Salon des refusés et, onze ans plus tard, en 1874, la première exposition des jeunes peintres Monet, Pissaro, Renoir, chez le photographe Nadar. Colorer les ombres et ne pas les figurer par des bruns a particulièrement choqué.

Claude Monet, La Barque, 1887 Huile sur toile, 146 x 133 cm – Musée Marmottan Monet, Paris – Inv. 5082
©musée Marmottan Monet, Paris \/<br /> Bridgeman Giraudon


Pour Pascal Bonafoux, il y a "plusieurs " Monet : la peinture de ses débuts, celle de Giverny où il invente "son" motif, avec le bassin de son jardin, et celle où il prend une distance fabuleuse avec "son" motif. Une démarche peut-être moins comprise par les visiteurs plus sensibles aux Nymphéas et à la peinture de ses débuts.

Claude Monet, L’Allée des rosiers, Giverny, 1920-1922 – Huile sur toile, 89 x 100 cm – Musée Marmottan Monet, Paris – Inv. 5089
©musée<br /> Marmottan Monet, Paris \/ Bridgeman<br /> Giraudon


Elevé au Havre, c'est dans la lumière de la Normandie qu'il réalise son expérience fondatrice. Peindre "l'air qui est autour" est ce qui compte à ses yeux, qu'il s'agisse d'un paysage normand ou norvégien.

Claude Monet, Londres. Le Parlement. Reflets sur la Tamise, 1905 – Huile sur toile, 81.5 x 92 cm
©musée<br /> Marmottan Monet, Paris \/ Bridgeman<br /> Giraudon


Le peintre Jean Cortot a le sentiment que Monet a commencé à peindre avec son talent particulier puis très vite, qu'il a eu la volonté de faire une œuvre plutôt que de faire des peintures. Cette orientation a sans doute été sa marche à l'étoile. S'il est aussi talentueux que de nombreux artistes du XIXe siècle, il est "encore là" au XXe dans les toiles de Pollock, Riopelle ou Mathieu.

Son obstination et sa rigueur lui permettent de développer son œuvre sans se préoccuper des bouleversements artistiques du début du siècle, sans cesser de peindre l'eau, véritable fil conducteur de son œuvre. Monet a su se dégager du pouvoir de l'imitation et a réalisé la prouesse de se dégager du sujet et de la dictature du sujet, ouvrant la voie à l'abstraction.

Le peintre Jean Cortot et l’historien d’art Pascal Bonafoux, (de gauche à droite), 27 janvier 2011, Canal Académie
© Canal Académie


Pour en savoir plus

- Jean Cortot de l'Académie des beaux-arts. Élu membre de l’Académie des Beaux-Arts, le mercredi 28 novembre 2001, au fauteuil d'Olivier Debré. Prix de la Jeune Peinture (1948). Prix de l'Union Méditéranéenne pour l'Art moderne de Menton(1954).


- Livres illustrés de Jean Cortot :
- 1943 : Jean Cortot, Cahier 3, fragments , 48 pages, Ed.Fata Morgana, novembre 2002
- La poésie de Mizon se situe dans le registre plus intime du poème d'amour, L'oreiller d'argile , 60 pages au format 16 x 22 cm, illustré par Jean Cortot, de l'Académie des Beaux-Arts.

D'autres émissions avec Jean Cortot sur Canal Académie :
-Lecture par Jean Cortot : la transversalité dans les arts
-Jean Cortot, de l’Académie des beaux-arts, et la Divine Comédie de Dante
-Jean Cortot et William Blake : passion commune pour la poésie, la peinture et les livres
-Jean Cortot, peintre et poète

- Pascal Bonafoux : romancier, historien de l’art, commissaire d’exposition, a été pensionnaire de la Villa Médicis, en 1980 et 1981. Il enseigne l’histoire de l’art à l’université Paris VIII et est Secrétaire général de la Cité internationale des Arts. Il est l’auteur de nombreux essais sur l’art et de plusieurs ouvrages consacrés aux impressionnistes.

Parmi ses livres :
- Monet, Tempus, septembre 2010
- Monet Peintre de l’eau,Chêne, septembre 2010
- L'Impressionisme,Editeur, Ed. De Vive Voix, octobre 2009
- Correspondances impressionnistes,Ed.Diane de Selliers, octobre 2008
- Monet, Perrin, 2008

[

->http://www.artabsolument.com/fr]

Cela peut vous intéresser