La Revue des Deux Mondes : XXe-XXIe siècles, l’art et le sacré.

Le numéro du mois de mai 2008 présenté par Michel Crépu.
Avec Christophe Dickès
journaliste

Michel Crépu, rédacteur en chef de la Revue des Deux Mondes, nous présente le numéro du mois de mai 2008 consacré à l’art et au sacré aux XXe et XXIe siècles.

Émission proposée par : Christophe Dickès
Référence : pag452
Télécharger l’émission (15.57 Mo)
00:00 00:00

Éditorial de Michel Crépu.

La question du sacré, pour les Modernes que nous étions au temps du XXe siècle, passait pour une question nulle et non avenue. Le siècle de la table rase ne voyait pas d’un bon œil que l’on ramène sur le tapis ces vieilles lunes d’un autre âge. Nietzsche n’avait-il pas déclaré la « mort de Dieu » ? L’affaire semblait entendue. Or tout montre au contraire (ce sont des choses qu’on voit mieux une fois un peu éloigné des côtes) que cette affaire de la mort de Dieu signifie tout autre chose qu’un simple acte de décès. Mais quoi donc, alors ? L’exposition, qui se tient à Beaubourg du 7 mai au 11 août (1), se veut une forme de réponse à la question. Et peut-être aussi une autre façon d’entendre l’affirmation nietzschéenne. Une hypothèse de travail : on considère que l’aventure artistique du XXe siècle, celle qui va des dadaïstes à Bill Viola (n’ayons pas peur du raccourci) enregistre, au sens le plus physique du terme, un événement métaphysique de première importance. Pour la première fois dans l’histoire de l’humanité, l’être humain se retrouve face à lui-même, privé de transcendance. Drôle de privation : traces, stigmates, échos, cris, vertiges, anathèmes et louanges : oui, Dieu est mort, oui s’ouvre le règne de ce que Max Weber appelle le « désenchantement du monde », mais oui aussi, ce nouveau règne est une aventure, l’expérience d’une dépossession, d’une forme radicale d’altérité. Ce qui semblait évident ne l’est plus : tremblement de terre, disparition du cadastre philosophique où l’on pouvait situer les concepts comme le Michelin indique les villages et les départementales.

Le mot « altérité » a beaucoup servi, ces derniers temps, il a nourri une vulgate de la fraternité républicaine parfaitement légitime. Mais ici, on touche à autre chose, de plus profond. Ce que Georges Bataille appelait d’un mot très simple : l’impossible. L’impossible, c’est ce qui échappe aux prises (religieuses, philosophiques) et qui constitue en même temps une sorte de centre de gravité dans cette drôle de chose qui s’appelle la condition humaine. Qu’est-ce qui se passe quand cet impossible ne peut plus porter le nom d’un dieu ? Ni Dyonisos, ni Jésus-Christ ? Un Autre sans nom ? Le sacré en personne ? Peut-être bien. En tout cas, c’est bien l’enjeu de ce dossier de la Revue des Deux Mondes : scruter, sur le terrain de la littérature, de la philosophie, de l’art, les signes d’une telle altérité. L’enjeu ? Rien moins qu’une redéfinition de la condition humaine. Ici au rendez-vous : Georges Bataille, mais aussi André Malraux, Roland Barthes, Étienne Gilson, Pierre Soulages, Bill Viola… Des témoins aux expériences extrêmement différentes mais qui ont toutes en commun la perception de cet impossible ; qui ont toutes en commun l’expérience d’un non-savoir radical.

Tout le monde a répété la fameuse prophétie de Malraux suivant laquelle le XXIe siècle serait religieux : la phrase vaut ce qu’elle vaut, personne n’est obligé de lui donner une importance qu’elle n’a pas. Mais Malraux a été de ceux pour qui l’art avait partie liée avec le sentiment du destin, que vivre ne relève ni de la Certitude ni d’un jeu absurde des atomes entre eux. La republication récente de ses Écrits sur l’art en « Pléiade » a été une occasion de mesurer à quel point ce Malraux-là n’était toujours pas lu, qu’il y avait encore beaucoup de pain sur la planche. Et comment ne pas penser la même chose en ce qui concerne Barthes et Bataille ? Et beaucoup d’autres avec eux ? (Ayons ici une pensée particulière pour Antonin Artaud.) Le moment est venu d’interroger, de ce point de vue, l’héritage du XXe siècle. Telle a été ici notre intention. Puisse-t-elle en susciter d’autres questions.
Bonne lecture,
M.C.

1. Traces du sacré, Centre Pompidou, du 7 mai au 11 août 2008. Commissaires et organisateurs : Alfred Pacquement, Jean de Loisy, Angela Lampe, Mnam-Cci.

Michel Crépu.

Extrait du sommaire.

Études et Réflexions
- Saul Friedländer: Entretien sur la Shoah.
- Marin de Viry: Un OVNI escorteur d'OVNI.
- Annick Steta: Que reste t'il de la révolution keynésienne?
- Xavier Darcos: « Nous ne ferons rien sans eux ».

XXe -XXIe siècle: L'art et le Sacré
- Bill Viola: entretien.
- JF Louette: Georges Bataille, un nouveau sacré.
- R. Kopp: Surréalisme et magie
- M. Crépu, Barthes, l'amoureux, le mystique.
- Christian Jambet: La philosophie de l'art d'Étienne Gilson.
- JP Jossua: Entretien.
- Etc.

Et toujours les critiques et le journal littéraire.

- Commandez la revue sur le site: La Revue des Deux Mondes.

Nouveau: La Revue des Deux Mondes est désormais en ligne! Retrouvez la totalité des articles depuis la création de la revue en vous rendant sur le site.

___________________________________________

Créée en 1829 pour établir une passerelle culturelle, économique et politique entre la France et les sociétés extra européennes, la Revue des Deux Mondes est aujourd'hui le lieu de débats et de dialogues entre nations, disciplines et cultures sur les sujets majeurs de nos sociétés. Elle est un laboratoire d'idées et de réflexions, un outil vivant qui incite à agir, laissant à chaque lecteur le soin de se forger sa propre opinion.

Cela peut vous intéresser