Jean-Denis Bredin : "L’infamie, le procès de Riom" (1942)

L’avocat, de l’Académie française, dialogue autour de ce procès mémorable avec Me Christian Charrière-Bournazel
Avec Hélène Renard
journaliste

Février-avril 1942 : un moment de notre histoire où le mot "infamie" ne semble malheureusement pas excessif... A Riom, non loin de Vichy, se déroule en effet un procès mémorable avec comme accusés : Daladier, Blum, Gamelin... De quoi seraient-ils coupables et quel est le but inavoué de cette parodie de justice où le pouvoir politique s’immisce dans le pouvoir judiciaire ? Me Jean-Denis Bredin, de l’Académie française, auteur du livre L’Infamie, le procès de Riom, dialogue ici avec Me Christian Charrière-Bournazel, ancien bâtonnier de l’Ordre des avocats.

Émission proposée par : Hélène Renard
Référence : pag1081
Télécharger l’émission (30.1 Mo)
00:00 00:00

Le procès de Riom tenu en 1942 a fait l'objet de plusieurs études historiques, le livre de Me Bredin n'est donc pas le premier ni le seul, d'où l'intérêt de lui demander les raisons personnelles qui l'ont incité à écrire sur ce sujet : lorsqu'il se préparait à être étudiant -il avait tout juste 16 ans-, il a assisté au procès du Maréchal Pétain (en 1945) et les références au procès de Riom y étaient incessantes. De plus, son beau-père, Me Jean Lemaire, était l'un des avocats du Maréchal, de même que Me Isorni chez lequel Me Bredin commença à exercer son métier. C'est donc tout naturellement que le début du dialogue entre nos deux invités, deux avocats de renom qui sont aussi amis de longue date, porte sur le Maréchal Pétain. Bien que, -et dans son livre, Me Bredin ne manque pas de le rappeler- notre histoire de France offre bien d'autres exemples de procès qui, au fil des siècles, furent aussi des parodies de justice.

Le Maréchal Pétain et Hitler lors de l’entrevue de Montoire

Me Charrière Bournazel dresse d'abord un résumé du procès de Riom de façon à ce que, d'emblée, nos auditeurs sachent de quoi il est question.

Puis le dialogue s'articule en deux parties : dans la première, sont évoqués le contexte, les prémices, l'instruction et le réquisitoire, jusqu'à l'arrêt rendu ; puis dans la seconde partie, le déroulement des audiences du procès lui-même et le final. Rappelons que le texte ci-dessous n'est qu'un résumé des propos de nos invités et qu'il convient d'écouter cette émission pour profiter des détails, des informations, des nuances qui y sont exprimés.

1ère partie : l'instruction du procès

Me Bredin explique comment et pourquoi le Maréchal avait créé une "Cour suprême de justice": "le gouvernement avait mission, pour constituer la "Cour suprême de justice" de nommer les juges. Il les choisit "avec soin".

Édouard Daladier

Petit retour en arrière : les premières arrestations avaient eu lieu en septembre 1940. Edouard Daladier, le général Gamelin, Léon Blum, Paul Reynaud, Georges Mandel, et d'autres, tous hommes politiques ou militaires ayant exercé les plus hautes fonctions et les plus grandes responsabilités. Le but était de condamner ceux qui étaient au pouvoir et qui "dans le passage de l'état de paix à l'état de guerre" (le choix des mots est évidemment important), soit avant le 4 septembre 1939, (mais après 1935 ! Pourquoi ? parce qu'en 1934, c'était Pétain qui était ministre de la Guerre...) avaient failli à leur tâche et avaient ainsi permis la guerre... Les Allemands, qui avaient été accusés en 1918 d'être responsables de la guerre, exigeaient dans les négociations de l'armistice que soient recherchés et jugés les Français responsables de la seconde Guerre. Et pour le gouvernement de Vichy, il s'agissait bel et bien de condamner non seulement les hommes mais surtout la politique du Front Populaire, et ainsi de discréditer la démocratie.

"Une longue instruction commença, écrit Me Bredin, page 50, conduite par les juges eux-mêmes, contrairement aux règles judiciaires". D'autres irrégularités sont soulignées dans le livre de notre invité (les avocats ne furent convoqués à aucun acte d'instruction, les innombrables témoins furent choisis par l'accusation, etc)

Le réquisitoire, du 16 octobre 1941, sur 184 pages, accusait les ministres d'avoir "trahi les devoirs de leur charge"... Me Charrière Bournazel explique que non seulement cette accusation est imprécise et floue, mais qu'il s'agit là d'un "trompe-l'oeil".

Et le politique s'imposa dans le judiciaire...

Léon Blum

Comme ce réquisitoire ne donna pas satisfaction au gouvernement, le Maréchal Pétain fit alors usage d'un acte constitutionnel n° 7. Il avait en effet été autorisé par l'Assemblée nationale du 10 juillet 1940 à promulguer une nouvelle Constitution et pour l'établir, il avait fait poser plusieurs "actes constitutionnels". Le n° 5 créait la "Cour suprême de justice" ; le n° 7 lui donnait tous pouvoirs pour prendre des sanctions.

Le discours du Maréchal du 16 octobre 1941 avait fait l'effet d'une bombe : il annonçait la création d'un "Conseil de justice politique". C'était évidemment une intrusion du pouvoir politique dans le pouvoir judiciaire. Me Bredin et Me Charrière-Bournazel partagent sur ce point le même avis : "Rarement le droit et la justice n'avaient été traités avec tant de mépris."

Le rendu du jugement fut donné le 28 octobre 1941 : Blum, Daladier, Gamelin, Gui La Chambre et Robert Jacomet seront jugés. Reynaud et Mandel resteront incarcérés "dans une enceinte fortifiée. J'ai ordonné cette mesure" dit le Maréchal dans son fameux discours (ce sera le fort du Portalet jusqu'à leur arrestation par les Allemands le 27 novembre 1942).

2ème partie : le déroulement du procès

- La première audience s'ouvrit le 19 février 1942. Me Bredin explique la position du général Gamelin, l'ancien ministre des Armées, qui choisit de se taire et qui justifia sa position.

Tandis que Léon Blum, l'ancien président du Conseil, choisit de se défendre point par point (toujours courtoisement souligne Me Bredin) et rejeta toutes les accusations contre lui.

Paul Reynaud


- La deuxième audience eut lieu le 20 février 1942 : y fut essentiellement évoquée l'impréparation de la guerre. Car c'est là un point délicat, le Maréchal Pétain, ministre de la guerre en 1934 ne voulait absolument pas que l'on évoque cette année-là ni les décisions ou plutôt les non-décisions qu'il avait adoptées durant cette fonction. C'était, rappelle Me Charrière-Bournazel, un combattant d'un autre âge (il était né en 1856 !), il avait refusé d'augmenter les crédits de l'armée, de commander des tanks et des avions, etc... Me Bredin explique d'ailleurs comment il était interdit à la presse (celle de la zone libre) d'évoquer cette période du ministre Pétain, et combien la censure pesait et s'exerçait.

Dans son livre, Me Bredin examine tous les interrogatoires, on ne peut les détailler au cours de cette émission mais nul doute que nos auditeurs intéressés par cette période historique sauront se procurer l'ouvrage (et d'autres, car la bibliographie proposée dans ce livre, s'avère fort utile).
Nos deux invités terminent l'émission en livrant leur analyse personnelle, précisant quelles leçons ils tirent de l'observation d'un tel moment, après avoir admis que le travail des membres de la Cour s'effectua sans déshonneur et raconté comment s'est terminé ce pseudo-procès finalement abandonné sous le prétexte d'un "nécessaire supplément d'information"... jusqu'à ce que la loi du 21 mai 1943 déclare close la session de la Cour suprême de Justice.

Et les condamnés ?

- Léon Blum, après 30 mois de captivité, fut transporté en Allemagne à Buchenwald, tout près de Georges Mandel (lequel sera livré en 1944 à la Milice française et abattu). Léon Blum, en 1945, est investi président du Conseil pour la troisième fois de sa vie (tandis que son ami Vincent Auriol est élu par le Congrès en janvier 1947 président de la République). Blum aura des funérailles nationales en avril 1950.
- Edouard Daladier, libéré de Buchenvwald en 45, reviendra lui aussi à la politique et surtout se mettra à écrire. Il mourra en octobre 1970.
- Le général Maurice Gamelin publiera ses Mémoires et décédera, à plus de 85 ans, en avril 1958.

Au fond, un procès qui n'aura servi à rien, pas même à satisfaire Hitler. "Mais, conclut Me Bredin, il avait exprimé à sa manière la haine, la soif de vengeance, l'indifférence à la démocratie quand elle semble dérangeante, vieilles maladies françaises, qui risqueront toujours de poursuivre leur chemin".

Christian Charrière-Bournazel et Jean-Denis Bredin à Canal Académie
© Canal Académie


En savoir plus :

Consultez les ouvrages de Jean-Denis Bredin :
- L'infamie : Le procès de Riom, Éditions Grasset, 2012
- Un tribunal au garde à vous, le procès Mendès-France, Éditions Fayard, 2002

Écoutez nos émissions avec Jean-Denis Bredin, de l'Académie Française :
- Marguerite Yourcenar par Jean-Denis Bredin, de l’Académie française
- Trop bien élevé, récit d’une enfance
- La responsabilité des juges

Écoutez nos émissions avec Me Christian Charrière-Bournazel :
- André Frossard au procès Barbie : ce qu’est le crime contre l’humanité
- Trois maîtres du barreau : Georges Izard, Jean-Marc Varaut, Jacques Isorni

Consultez la fiche de Jean-Denis Bredin sur le site de l'Académie Française

Cela peut vous intéresser