Jacques Julliard rend hommage à Péguy, Claudel et Bernanos

Entretien avec Jacques Julliard par Damien Le Guay
Paul CLAUDEL
Avec Paul CLAUDEL de l’Académie française,

Dans son livre : L’Argent, Dieu et le Diable : Face au monde moderne avec Péguy, Bernanos, Claudel, Jacques Julliard, historien et journaliste de renom, rend hommage à ces trois auteurs et d’une manière plus large à la littérature catholique. Il s’en prend au « fric », à une certaine perte du sacré et à un nivellement par la marchandise.

00:00 00:00

Jacques Julliard, historien et journaliste de renom (Nouvel Observateur), est un intellectuel de gauche (de la seconde gauche), mais un intellectuel de gauche en voie de disparition : il est à la fois anti-totalitaire et chrétien, certain de ses engagements mais suffisamment intelligent pour aller puiser certaines de ses inspirations du coté d’une littérature catholique – qualifiée par certains de «réactionnaire». Pour autant, il n’y a pas de confusion entre ses engagements politiques et ses convictions chrétiennes. «Je trouve» dit-il, «dans mon socialisme une manière d’exprimer des convictions chrétiennes». Il proclame que les origines du monde démocratiques sont chrétiennes et que la gauche demeure parfois anticléricale par souci d’identité plus que par raison. Il y a là, dit-il, un «marqueur identitaire». Critique à l’égard de la gauche, considérant qu’elle a sous-estimé la politique, il rêve d’un «pascalisme de gauche» à savoir une distinction des ordres, une prise en considération du mal et de ses ravages par tous ceux qui croient au progrès social.

Depuis quelques années, l’âge venant, Jacques Julliard semble rendre hommage à ses sources. En 2003, dans des discussions avec Benoit Chantre, il fait une sorte d’autobiographie intellectuelle. Titre du livre : «Le choix de Pascal». Le livre vient de reparaître en poche. En 2007, il donne ses papiers et sa bibliothèque à la Bibliothèque nationale. Et là, en 2008, dans «L’argent, Dieu et le Diable» (et avec comme sous-titre : «Péguy, Bernanos, Claudel face au monde moderne») publié chez Flammarion, il rend hommage à ses trois maîtres catholiques.

Comment lire ce livre ?

Il raconte ses rencontres, datées, précises, avec ces trois auteurs. Par ailleurs, il plaide leur cause face à ceux, surtout à gauche, qui les rangent dans cette improbable mais diabolique «France moisie».

Ajoutons à cela une détestation commune contre le monde moderne. Julliard s’en prend au «fric», à cette perte du sacré, à ce nivellement par la marchandise. Il va même jusqu'à dire que trois morales (celle de l’aristocratie, de la chrétienté et des socialistes), apparemment opposés, sont, en réalité trois morales de l’excellence et de la solidarité collective. Et que ces morales sont maintenant battues en brèche par l’individualisme régnant.

Bel hommage, donc, par cet intellectuel, à ses trois maîtres catholiques.

Eléments bibliographiques

- Clemenceau briseur de grèves, 1965
- La IVe République (1947-1958), Calmann-Lévy, 1968 (rééd. Le livre de poche, 1988)
- La CFDT aujourd'hui, Seuil, « Essais », 1975 (avec Edmond Maire)
- « Le Monde » de Beuve-Méry ou le métier d'Alceste, Seuil, « Essais », 1979
- La République du centre, Hachette, « Pluriel », 1989 (avec François Furet et Pierre Rosanvallon)
- Chroniques du septième jour, Seuil, « Essais », 1991
- La droite et la gauche, Robert Laffont, 1995
- La faute aux élites, Gallimard, 1997
- Pour la Bosnie, Seuil, « Essais », 1998
- L'année des dupes, Seuil, « Journal de la fin du siècle », 1998
- L'année des fantômes. Journal 1997, Grasset, 1998
- Ce fascisme qui vient, Seuil, « Essais », 1999
- Dictionnaire des intellectuels français (dir.), Seuil, 2002 (avec Michel Winock)
- Le choix de Pascal, Desclée de Brouwer, 2003 (entretiens avec Benoit Chantre)
- Rupture dans la civilisation : le révélateur irakien, Gallimard, 2003
- Que sont les grands hommes devenus ? Essai sur la démocratie charismatique, Saint-Simon, 2004
- Le Malheur français, Flammarion, « Café Voltaire », 2005
- La Reine du monde, Flammarion, 2008
- L’argent, Dieu et le Diable, Flammarion, 2008

Cela peut vous intéresser