Le parfum fortifie le cerveau !

Emmeline Le Gall aime l’odeur des dictionnaires... surtout au mot Parfum !
Avec Jean Pruvost
journaliste

Le parfum nous enivre de senteurs et de bonheur. D’où vient le mot ? Quel sens prend-il au fil du temps dans les dictionnaires ? Nous en discutons avec Emmeline Le Gall, co-auteur du livre Le parfum, paru aux éditions Honoré Champion.

Émission proposée par : Jean Pruvost
Référence : pag1016
Télécharger l’émission (7.67 Mo)
00:00 00:00

Comme le laisse entendre le sous-titre du livre Le parfum (éditions Honoré Champion), ce dernier «fortifie le cerveau et chasse cette légère rêverie qui accable l'esprit...». Mais est-ce bien vrai ? C'est César de Rochefort qui l'affirmait en 1685. L'histoire du parfum n'a cessé d'évoluer depuis son introduction dans les dictionnaires en 1387. De l'Antiquité avec ses excès, consistant par exemple à parfumer les chevaux, aux parfumiers du Moyen Age, plus élégamment rebaptisés parfumeurs, parfois proches du sorcier et de l'astrologue, l'art du parfum n'a cessé de se perfectionner.

Qu'il s'agisse de la cour parfumée de Louis XIV, des sept familles de parfum ou de leur soigneuse fabrication, c'est un univers de mots forts et délicats qui s'impose. Une plongée dans la famille très structurée des noms de parfums, l'histoire de la création des plus célèbres d'entre eux, nombre d'expressions et de citations, ce sont là quelques-unes des facettes de l'ouvrage qui nous sont comptées par Emmeline Le Gall, co-auteur du livre avec Magalie Gobet.

Emmeline Le Gall

Le parfum fait partie de la collection "Champion les mots" dirigée par Jean Pruvost, une collection qui offre un voyage totalement inédit au coeur des mots, à travers les dictionnaires du XVIe siècle à aujourd'hui, voyage propre à surprendre et enchanter celles et ceux qui veulent découvrir ou approfondir le thème présenté. Déjà parus : Le vin, Le loup, La mère, Le citoyen, Le mariage, Le chat, Le chocolat.

Continuons à aimer respirer le parfum ! «Et déjà la charrue commence à retourner le limon. Voici l'odeur du grain, voici le parfum de la moisson» s'exclamait Paul Claudel en 1907 dans Connaissance de l'Est.

Cela peut vous intéresser