La quête de l’absolu : vérités et erreurs religieuses

Entretien avec Jean Baechler, membre de l’Académie des sciences morales et politiques
Jean BAECHLER
Avec Jean BAECHLER
Membre de l'Académie des sciences morales et politiques

Y a-t-il du vrai et du faux objectifs en matière religieuse ? Les religions sont-elles susceptibles d’être dans la vérité ou dans l’erreur ? L’ordre religieux peut-il faire l’objet de connaissance et est-il pertinent de l’examiner au moyen d’une démarche rationnelle et réflexive ? Pour répondre à ces questions, Jean Baechler a mobilisé, dans un récent ouvrage (En quête de l’absolu, Éditions Hermann, 2017) ses connaissances d’historien, de philosophe et bien sûr d’anthropologue. En effet, à travers ce questionnement, c’est aussi la nature humaine qui se dévoile. Dotée de conscience et de réflexion, l’espèce humaine ne peut en effet se satisfaire d’assurer sa seule survie. Elle est inévitablement conduite à s’interroger aussi sur ses fins dernières. Mais dans cette quête de l’absolu, toutes les réponses ne se valent pas. Dès lors, comment s’orienter ? Pour Jean Baechler, la solution se trouve dans la « rationalité métaphysique », seul instrument pertinent pour questionner notre destination. De la sorte, il ouvre un nouveau chapitre de la vaste anthropologie générale qu’il a constitué en se penchant, au fil de son œuvre, sur les multiples facettes du règne humain.

00:00 00:00

Y a-t-il du vrai et du faux objectifs en matière religieuse ? Les religions sont-elles susceptibles d’être dans la vérité ou dans l’erreur ? L’ordre religieux peut-il faire l’objet de connaissance et est-il pertinent de l’examiner au moyen d’une démarche rationnelle et réflexive ? Pour répondre à ces questions, Jean Baechler a mobilisé, dans un récent ouvrage (En quête de l’absolu, Éditions Hermann, 2017) ses connaissances d’historien, de philosophe et bien sûr d’anthropologue. En effet, à travers ce questionnement, c’est aussi la nature humaine qui se dévoile. Dotée de conscience et de réflexion, l’espèce humaine ne peut en effet se satisfaire d’assurer sa seule survie. Elle est inévitablement conduite à s’interroger aussi sur ses fins dernières. Mais dans cette quête de l’absolu, toutes les réponses ne se valent pas. Dès lors, comment s’orienter ? Pour Jean Baechler, la solution se trouve dans la “rationalité métaphysique”, seul instrument pertinent pour questionner notre destination. De la sorte, il ouvre un nouveau chapitre de la vaste anthropologie générale qu’il a constitué en se penchant, au fil de son œuvre, sur les multiples facettes du règne humain.

Cela peut vous intéresser