Diderot et Falconet, histoire d’une amitié brisée

Quand un philosophe et un sculpteur débattent de la postérité
Frédéric VITOUX
Avec Frédéric VITOUX de l’Académie française,

« Adieu mon ami ! Je sens que mon cœur souffre… » En 1766, c’est une lettre pleine d’affection que Diderot envoie au sculpteur Falconet, juste avant son départ en Russie. Grâce à lui, l’artiste a remporté la commande d’une statue monumentale de Pierre le Grand à Saint-Pétersbourg. Pourtant, les deux hommes se sont âprement disputés, comme en témoigne leur correspondance. Faut-il ou non accorder de l’importance à la postérité ? Les avis divergent dans ce débat d’idées, jusqu’au point de rupture. Frédéric Vitoux, de l’Académie française, s’empare de cette histoire d’amitié qui mêle deux personnalités aux tempéraments opposés.

Émission proposée par : Priscille de Lassus
Référence : afel710
Télécharger l’émission (50.05 Mo)
00:00 00:00

Cela peut vous intéresser