1830-1848 : la police parisienne entre deux révolutions

Entretien avec Jean Tulard, historien, membre de l’Académie des sciences morales et politiques.
Jean TULARD
Avec Jean TULARD
Membre de l'Académie des sciences morales et politiques

Simple rouage du ministère de la Police générale, sous la Restauration, la Préfecture de Police de Paris devient, à partir de 1830, une grande administration, dont le chef dispose d’un pouvoir presque aussi étendu que celui du ministre de l’Intérieur. Dans une capitale en mutation, où le vol, le proxénétisme ou le meurtre tiennent haut leur place, la Police est toujours sur le qui-vive. Une bureaucratie se constitue, un corps de police en uniforme est établi. Des inspecteurs « en bourgeois » sillonnent les quartiers mal famés et y laissent une réputation parfois pire que celle des malfaiteurs qu’ils poursuivent ! Dans « La police parisienne entre deux révolutions (1830-1848) », Jean Tulard, de l’Académie des sciences morales et politiques, fait revivre l’histoire de cette police qui, dans le Paris d’avant la révolution aussmannienne, inspira Balzac, Hugo et Eugène Sue.

00:00 00:00

Cela peut vous intéresser