Rencontre avec Christophe Pellet lauréat du prix du jeune théâtre Béatrix Dussane-André Roussin

décerné par l’Académie française pour Aphrodisia et l’ensemble de son œuvre

« On peut raccorder le théâtre de Christophe Pellet, qui se détache, en France, du peloton des jeunes dramaturges, au théâtre de la cruauté cher à Antonin Artaud. Ses personnages s’entrechoquent, selon la comparaison imagée de M. Angelo Rinaldi, comme des boules de billard sur le tapis de feutre, pour s’éloigner, ensuite, à proportion de cette violence. C’est qu’ils ont découvert dans leurs interlocuteurs défauts et vices qu’ils vont en même temps déceler chez eux-mêmes. Et malgré leur répulsion, une aimantation les ramène à leur point de départ, coupant leur texte de plaintes rêvées, respiration suspendue, lèvres entrouvertes sans un mot parfois.
Ils semblent ainsi prolonger le cri de Munch, avant de s’éloigner à jamais chacun de son côté, « la bouche pleine d’ombre, les yeux pleins de gémissements », dirait Cocteau. Et riches seulement d’une vérité qui les écrase dans un monde dont ils n’ont rien à attendre, ce qu’ils ignoraient encore ». Tels sont les mots par lesquels Michael Edwards, de l’Académie française, présentait l’œuvre de Christophe Pellet, lors de son discours sur les prix littéraires de 2017.

00:00 00:00

Cela peut vous intéresser