Étendre la justice du roi, construire l’État

Par Pierre-Anne Forcadet, historien du droit, lauréat la 1ère Médaille de la Commission des Antiquités de la France décernée sur approbation de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres

Le « siècle de saint Louis » est celui du déploiement nouveau d’une justice royale hiérarchisée et professionnelle. Plusieurs réformes successives permettent aux sujets du royaume d’avoir accès à la justice. L’appel judiciaire au parlement royal se systématise contre les jugements de justices concurrentes et scelle la supériorité de la justice royale, que l’on commence à qualifier de « souveraineté ». Les recours sont alors portés, pour une large part, contre le roi lui-même et ceux de ses agents qui commettent des exactions, mais également par les hommes contre leurs seigneurs laïcs ou ecclésiastiques. La justice royale apparaît de manière croissante comme un régulateur des relations féodales. Étendant son influence, elle participe à l’instauration d’un État de droit. La 1ère médaille de la commission des Antiquités de la France, a été décernée en 2019 à Pierre-Anne Forcadet, maître de conférences en histoire du droit à l’université d’Orléans, sur approbation de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, pour son ouvrage Conquestus fuit domino regi. Le recours au roi d’après les arrêts du Parlement de Paris (1223-1285), paru chez De Boccard en 2018.

00:00 00:00

Le « siècle de saint Louis » est celui du déploiement nouveau d’une justice royale hiérarchisée et professionnelle. Plusieurs réformes successives permettent aux sujets du royaume d’avoir accès à la justice. L’appel judiciaire au parlement royal se systématise contre les jugements de justices concurrentes et scelle la supériorité de la justice royale, que l’on commence à qualifier de « souveraineté ». Les recours sont alors portés, pour une large part, contre le roi lui-même et ceux de ses agents qui commettent des exactions, mais également par les hommes contre leurs seigneurs laïcs ou ecclésiastiques. La justice royale apparaît de manière croissante comme un régulateur des relations féodales. Étendant son influence, elle participe à l’instauration d’un État de droit.

La 1ère médaille de la commission des Antiquités de la France, a été décernée en 2019 à Pierre-Anne Forcadet, maître de conférences en histoire du droit à l’université d’Orléans, sur approbation de l'Académie des inscriptions et belles-lettres, pour son ouvrage Conquestus fuit domino regi. Le recours au roi d’après les arrêts du Parlement de Paris (1223-1285), paru chez De Boccard en 2018.

Pour aller plus loin
Présentation du livre par l’éditeur : http://www.deboccard.com/fr/category/15564-Produit-9782701804453.html

Cela peut vous intéresser